Ni Dieu ni Maître

Pour le bras droit qui ne sait déceler, chez son propre dirigeant, les vices et les lacunes, devient alors un danger pour ceux qui partagent sa bannière. Sujet aux élans de dévotion et au manque de lucidité, il est tel l’aveugle parmi la foule. Pion inconscient d’être ballotté par les courants d’humeur de son suzerain, il en finit à devenir un double, ni tout à fait lui même, ni tout à fait un autre. Coquille vide, réceptacle soumis et en proie aux passions factices, il finira par s’éteindre, condamné à n’être que le pâle reflet du roi adoré, son âme mise échec et mat.


Texte personnel
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s