Rugissez !

Déployez vos gorges camarades,
Et rugissez ! Laissez votre cri vous porter et le vent le répéter aux étoiles.
J’aimerais vous faire sentir le feu qui embrase mon cœur.
Posez votre main, juste là. Vous sentez ?
Ce feu qui me pousse à me relever, encore et encore.
Cette flamme qui me donne la force d’endurer votre courroux.
Cette ardeur qui me ferait scintiller dans la plus sombre de vos cages.
Là, sondez mon regard. On dit qu’il est la fenêtre de l’âme.
Qu’y voyez-vous ?
Il brûle sous mes cheveux emmêlés et sous les cicatrices.
Il vous sonde et vous dépouille, traquant ce que vous-mêmes avez oublié.
Le froid de vos chaînes m’est une douce brise,
Et le pas de vos gardes, le rythme du tambour.
Fouettez, frappez !
Vous ne ferez qu’attiser en moi la chanson du Sacré.


 

Texte personnel, tous droits réservés
Photo de Boza Ivanovic
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s