Oubliez mon nom

Et je chasse vos mains, vous qui en me déifiant me faites monter sur le piédestal. Je vomis votre déresponsabilisation et le fanatisme que vous portez à ma personne. Tournez votre soif et votre adoration vers vous-même, vers cette partie de vous qui jamais ne meurt. Tendez votre gorge asséchée vers les cieux qui n’attendent que de pouvoir vous enlacer comme des frères. Chassez mon nom de vos lèvres, chassez mon visage de vos songes : je ne suis qu’une trace, qui sous le vent du nord s’effacera comme le nom des morts s’effacent des tombes. Ce que vous trouvez en moi, vous l’avez en vous-mêmes. Dans les cieux, le vent, la brume et le silence. Offrez votre nuque à l’Absolu, et alors vos yeux s’allumeront de mille merveilles. Oubliez mon nom, manants, et partez à la recherche du vôtre !



Texte personnel inspiré par la lecture du livre L’Esprit de Solitude de Jacqueline Kelen. Tous droits réservés.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s